Censure... made in China

Publié le par Commission Amnesty

Depuis la mise la place du nouveau régime, la Chine ne cesse de censurer la vie de tous les jours. De nombreuses personnes tentent d’y mettre fin en vain. Les quelques résistants sont envoyés en prison, torturés et même parfois tués.

En R. P. de Chine, il existe un ministère de la Propagande qui contrôle toutes les sources d’information.

Internet :
Le lien-image ci-dessous vous permet de tester si un site est censuré en Chine

Site où l'on peut voir si un site est censuré de ChinePour avoir accès à la toile chinoise, Yahoo et Google ont accepté de censurer certaines frappes effectuées par les internautes chinois et, pour Yahoo, de dénoncer ceux-ci aux autorités. La collaboration de Yahoo a ainsi entraîné un nombre incalculable d’arrestations supplémentaires, dont la plus connue est celle de Shi Tao. La première condamnation a eu lieu en 1997 sur un jeune homme du nom de Lin Hai. Actuellement, il réside aux USA et travaille sur l’élaboration d’un virus permettant la suppression des barrières appliquées par les autorités.

Sport :

A l’époque du président Mao, le sport de haut niveau n’attirait pas grand monde en Chine et aucune médaille n’était remportée. Mais à partir des années 1980, les étudiants ont commencés à se lasser de la politique et à s’intéresser au sport et s’en est suivi une montée impressionnante de grands sportifs. Les athlètes sont tous des membres du parti communiste chinois et sont payés par celui-ci. Lors des remerciements habituels des médaillés, les champions chinois sont obligés de remercier leur président ainsi que le parti communiste.

Journaux :

Les journaux aussi sont sous le contrôle du gouvernement. Un des journaux les plus populaires du pays, l’hebdomadaire Nan Fang Zhoumo,  s’est vus dans l’obligation de retirer des articles, estimés non conformes aux lois en vigueur. Ces articles parlaient des organisations caritatives d’aide à l’éducation des enfants, de l’enseignement obligatoire ainsi que du Fonds de la jeunesse chinoise.

Condamnations injustes :

Ouyang Yi est partisan d’une avancée graduelle de la société vers un régime constitutionnel libéral. C’est un pur intellectuel, doux et courtois. Il a néanmoins été accusé d’avoir critiqué le gouvernement et a passé 2 ans en prison. A sa sortie, on lui a interdit de quitter sa région du Sichuan (alors que l’on est censé retrouver une liberté de mouvement après sa sortie de prison). En vue de la recherche d’un emploi il a quitté sa région. Quelques jours plus tard, les militaires l’ont retrouvé et l’ont renvoyé en prison.



Trouvez-vous normal que cette répression continue indéfiniment ?

Pensez à ces milliers de prisonniers politiques !

Aidez-nous à protester,
supprimons la censure en Chine !

Julien Tesse

Commenter cet article